Gouvernement ouvert en transition

Une étude de cas sur la Table ronde de la communauté canadienne de la géomatique

par Don Lenihan. Publié mai 6, 2015


Télécharger le rapport complet

Le gouvernement ouvert est un mouvement récent selon lequel des gouvernements du monde entier rendent leurs fonds de données accessibles au public pour qu’ils servent à élaborer des produits de connaissance, pour favoriser la prise de décision fondée sur des données probantes et pour rendre le gouvernement plus transparent.

Les fonds de données du gouvernement s’étendent à tous les domaines d’intérêt humain, de la santé à la finance en passant par le marché du travail, la culture et l’environnement. Ces ensembles de données sont à l’économie du savoir ce que les ressources naturelles sont à l’économie industrielle : la matière brute à partir de laquelle une richesse est créée. Ils font partie de nos biens publics les plus importants pour le futur.

La Table ronde de la communauté canadienne de la géomatique (TRCCG) est une entité constituée de plusieurs intervenants dont les membres proviennent de tous les groupes de la communauté de la géomatique1, notamment les gouvernements, les organismes du secteur privé, les organisations non gouvernementales (ONG), les universités et les collèges, ainsi que les consommateurs de données et de services. Elle fonctionne comme un organisme de concertation qui ne possède et ne réclame aucun pouvoir pour la prise de décisions contraignantes à l’égard de ses membres ou d’autres organisations. 1 La géomatique s’entend de la discipline qui intègre les tâches de l’acquisition, le stockage, le traitement et la diffusion d’information géographique.

Actuellement, le principal objectif de la Table ronde est l’élaboration et la prestation d’une Stratégie pancanadienne de géomatique. Ce projet tire ses origines des changements technologiques considérables que connaît le domaine de la géomatique depuis la dernière décennie, ainsi que des débouchés économiques engendrés par l’ouverture de l’accès aux données géospatiales du gouvernement.

À l’automne 2007, les gouvernements canadiens ont lancé un processus national de consultation visant à repenser la façon dont la communauté de la géomatique fonctionne à l’ère du numérique. Le rapport final a établi huit « éléments » sur lesquels une nouvelle stratégie nationale devrait être basée.

Toutefois, il est vite devenu évident que ces éléments définissaient moins une stratégie en soi que les composantes à inclure dans une stratégie. Par exemple, le rapport appelait la communauté à collaborer plus efficacement pour moderniser le secteur, mais ne fournissait aucune orientation concrète sur la façon de rendre possible cette collaboration.

Au cours des trois années suivantes, une seconde série de conférences et de réunions a été organisée pour discuter de ce en quoi consisterait une véritable stratégie de modernisation du secteur. Pendant cette période, deux événements majeurs se sont produits.

D’abord, une Table ronde a été créée et est finalement devenue une entité indépendante dont le but premier était de jouer le rôle de groupe consultatif multilatéral pour les organismes gouvernementaux existants. Cependant, les opinions sur la nature de la Table ronde ont rapidement commencé à changer, ce qui a entraîné le deuxième événement.

Télécharger le rapport complet