An open letter to Canadians from Canada’s female First Ministers

by Canada 2020. Posted June 19, 2019


To all Canadians –

Of the more than 300 first ministers in our country’s history, only 12 have been women 

We are these women. 

More than half of Canadians are women and girls, but women, in all their diversity, continue to be underrepresented in every level of politics. This is especially true in our most senior leadership roles. As of today, we have no female first ministers (prime ministers or premiers) in Canada. 

We are a nation rich in diversity, talent, intellect and creativity. We are also a nation facing many pressing challenges. To meet these challenges, we need the very best from Canadians. All Canadians.

We must finish the work started more than a century ago when women pushed for their right to vote, to stand in elections, and to represent Canadians. We must be vigilant in protecting and extending what we have already accomplished. We must finally achieve the full and equal participation of women in all aspects of political life, from community activism to elected representation. 

Over the past few months, we have shared our stories through Canada 2020’s No Second Chances podcast, providing a perspective on some of the barriers women face in politics. Today, we come together to identify what needs to change if we want to see more women lead. 

We need more women, and a greater diversity of women, in politics. This won’t happen naturally. Political parties must make the recruitment and nomination of female candidates a priority. We call on all current First Ministers and all party leaders to put measures in place to recruit more women. This must go beyond setting targets; parties must make fundamental changes to these processes. We will never achieve parity in any legislature, or in positions of power, until we achieve gender parity among candidates. For women and girls to aspire to be leaders, they need to see themselves in positions of power now, and learn about the often forgotten history of women’s leadership in our politics.

We must raise the level of political discourse in Canada. To have free and comprehensive debate, we must treat each other with civility, respect, and dignity, regardless of partisan or policy differences. We call on all members of all legislatures, the Speakers of our legislatures, House Leaders, and party leaders to insist on a higher standard of political discourse, making politics a place that is more welcoming to everyone. We call for this civility to be reflected in how news about politics is reported, analysed, and discussed. Canadians — all of us — must hold ourselves to a higher standard in which misogyny, sexism, racism, hatred, and violence have no place in our politics. 

Barriers that prevent women’s political participation must be removed. We have made progress towards a fairer, more equitable society, but the work is not yet done. We must continue to push to close gender gaps in Canada. Investments in childcare are particularly important. We call on all jurisdictions to continue to take action to improve the status of women and girls, in all their diversity. 

We have led different political parties and we do not agree on how to solve all of our policy problems. Diversity of opinion in our politics is a strength, not a weakness. 

Emily Murphy once said, “Nothing ever happens by chance; everything is pushed from behind.” To women who think they just aren’t ready, we say to you that entering politics was one of the best things we ever did. Put your name on a ballot, and give it a go: you will create a future full of Second Chances. 

Until we achieve the full and equal participation of women in politics, we will not reach our full potential as a nation. Generations of Canadians before us have pushed for the inclusion of women in politics, and it is time that we too rise to this challenge. 

Sincerely,


Chers Canadiens et Canadiennes : 

Sur les plus de 300 premiers ministres de l’histoire de notre pays, seules 12 ont été des femmes

Nous sommes ces femmes.

Plus de la moitié des Canadiens sont des femmes et des filles, mais les femmes, dans toute leur diversité, continuent d’être sous-représentées à tous les niveaux de la politique. Cela est particulièrement vrai dans nos rôles de direction les plus élevés. En ce moment, nous n’avons pas de femmes premiers ministres (fédérale ou provinciales) au Canada.

Nous sommes une nation riche en diversité, talent, intelligence et créativité. Nous sommes également une nation confrontée à de nombreux défis pressants. Pour relever ces défis, nous avons besoin du meilleur que peuvent donner les Canadiens. Tous les Canadiens.

Nous devons mettre fin à l’œuvre commencée il y a plus d’un siècle, lorsque les femmes ont fait pression pour obtenir le droit de vote, de se présenter aux élections et de représenter les Canadiens. Nous devons être vigilants dans la protection et l’extension de ce que nous avons déjà accompli. Nous devons enfin parvenir à la pleine et entière participation des femmes dans tous les aspects de la vie politique, depuis l’activisme communautaire jusqu’à la représentation par élection.

Au cours des derniers mois, nous avons partagé nos histoires à travers le balado No Second Chances (Pas de deuxième fois) de Canada 2020, offrant un panorama de certains obstacles auxquels les femmes sont confrontées en politique. Aujourd’hui, nous nous réunissons pour identifier ce qui doit changer, si nous voulons voir plus de femmes diriger. 

Nous avons besoin davantage de femmes, et d’une plus grande diversité de femmes, en politique. Cela ne se produira pas tout seul. Les partis politiques doivent faire du recrutement et prioriser la nomination de candidates. Nous demandons à tous les premiers ministres actuels et à tous les chefs de parti de mettre en place des mesures pour recruter davantage de femmes. Cela doit aller au-delà de l’établissement d’objectifs ; les partis doivent apporter des changements fondamentaux à ces processus. Nous ne réaliserons jamais à la parité dans une législature, ou dans des positions de pouvoir, jusqu’à ce que nous ayons atteint la parité entre les sexes chez les candidats. Pour que les femmes et les filles aspirent à être des leaders, elles doivent réussir à se percevoir dans des positions de pouvoir. 

Nous devons élever le niveau du discours politique au Canada. Pour avoir des débats libres et vigoureux, nous devons nous traiter mutuellement avec civilité, respect et dignité, indépendamment des divergences partisanes ou politiques. Nous faisons appel à tous les membres des législatures, les leaders des différentes chambres, les présidents des législatures, et les chefs de parti pour qu’ils insistent pour qu’on améliore le discours politique, pour que la politique devienne un endroit plus accueillant pour tout le monde. Nous demandons que cette civilité se reflète dans la façon dont les nouvelles sur la politique sont rapportées, analysées et discutées. Les canadiennes et les Canadiens — nous tous — doivent s’en tenir à des normes de conduite plus élevées qui excluent toute misogynie, tout sexisme, racisme, toute haine et violence.

Les obstacles qui empêchent la participation politique des femmes doivent être éliminés. Nous avons fait des progrès vers une société plus juste et équitable, mais le travail n’est pas encore achevé. Nous devons continuer de faire pression pour combler les écarts entre les sexes au Canada. Les investissements dans les garderies revêtent une importance particulière. Nous demandons à toutes les instances de continuer à d’examiner la situation des femmes et d’adopter des mesures concrètes fondées sur les effets potentiels sur les femmes et les filles, dans toute leur diversité.

Nous avons dirigé différents partis politiques et nous ne sommes pas d’accord sur la façon de résoudre tous nos problèmes politiques. La diversité d’opinion dans notre politique constitue une force plutôt qu’une faiblesse.

Emily Murphy a dit un jour : « Rien n’arrive jamais par hasard ; tout est poussé par l’arrière. » Aux femmes qui pensent qu’elles ne sont tout simplement pas prêtes, nous disons que l’entrée en politique a été l’une des meilleures choses que nous n’ayons jamais faites. Mettez votre nom sur un bulletin de vote, et voyez ce que ça donne : vous allez créer un avenir plein de Deuxièmes chances.

Tant que nous n’aurons pas atteint la pleine et égale participation des femmes à la politique, nous ne réaliserons pas notre plein potentiel en tant que nation. Des générations de Canadiens avant nous ont fait pression pour l’inclusion des femmes en politique, et il est temps que nous aussi nous nous relevions ce défi.

Très sincèrement,